LES CLASSIQUES MODERNES

 

74rrrgsyyx56nzh 8othvse0npk

 

 

Je remercie vivement mes Ami(e)s poètes qui ont répondu favorablement à mon invitation de figurer dans ce salon « Les Classiques Modernes » et qui, par leur talent et leurs connaissances approfondies de la prosodie, mont donné leur accord pour publier des morceaux choisis représentatifs d’une poésie en correspondance avec les schèmes de la tradition poétique classique si chère aux puristes. Je suis fier de pouvoir vous présenter quelques unes de leurs oeuvres qui m'ont particulièrement marqué et impressionné.

barre-echos-2.png

Alain GURLY  (Sansef Alafin)

Site Internet  :  http://versamoi.free.fr/cursus.htm

Né en 1942 à Sainte Cécile d'Andorge (Gard), Alain GURLY habite dans cette commune cévenole, dans sa maison natale. Il a  enseigné l'Histoire et la Géographie plusieurs années avant de devenir Bibliothécaire-Documentaliste pendant tout le reste de sa carrière d'enseignant.

Poète émérite, ALAIN a reçu le "Grand Prix de Poésie des Jeux Floraux d'Orange" le 16/10/2005, des mains de M. François CHENG, de l'Académie Française.

Il a obtenu, entre autres, le 1° Prix de poésie classique "Charles Le Quintrec" de la SAPF en 2018.

Membre de la Société des Poètes Français - Membre de la SAPF.(Société des Auteurs et Poètes Francophones.

Outre ses nombreux recueils de poèmes que l'on peut découvrir sur son site que je vous conseille vivement de visiter, Alain GURLY a publié un nombre important de romans et de nouvelles faisant référence aux histoires et chroniques cévenoles. Je vous laisse en sa compagnie avec ce superbe et émouvant poème, dans la plus pure tradition de l'écriture classique.



ÉCOUTEZ !

Écoutez ! Le voici, le vieil antan qui passe,
Emportant avec lui nos anciennes amours,
Nos songes décatis par la rouille des jours,
Par nos instants figés, englués dans sa nasse.

Entendez son frisson dans le jour qui s'efface,
Il s'en va comme un ru se perd en ses détours,
Tel un souffle exhalé vers de profonds séjours
Comme s'éteint le bruit d'un ressac dans l'espace.

Et nous restons assis à l'heure où tout s'endort,
Son écho disparait en un dernier accord,
La nuit l'ensevelit dans sa noire caresse.

Il reviendra peut-être, il reviendra pourtant
Respirer avec nous des bouffées de tendresse
Quand l'aube aura pleuré les rosées du vieux temps...

barre-echos-2.png

Bernadette LACAMBRE résidente sur Bordeaux ; Elle signe ses poèmes sous le pseudo de "FLAMME"; Avec "FRIPOU" (VIRGINIE), elle est Administratrice du forum "LE COIN POÉTIQUE"  que je recommande vivement à mes lecteurs de découvrir et où un petit aréopage de poètes inspirés pour la plupart de la prosodie classique viennent déposer leurs plus belles oeuvres.

Forum : fripou.forumgratuit.fr/

Je laisse Bernadette LACAMBRE se présenter et découvrir, parmi une longue liste de ses créations : "L'air du temps", un petit bijou de composition.

J'ai commencé à écrire un poème il y a une dizaine d’années grâce à un remerciement d’un séjour chez une amie ; celle-ci a voulu que je continue et cela m’a intéressée et même passionnée.

J’étais au Canada avec mon fils et c’est par Internet que j’ai rencontré d’excellents poètes comme André LAUGIER qui par sa patience m’a appris les règles de la prosodie !

Mes thèmes favoris sont la nature, les animaux et la maltraitance, les sentiments et émotions.

J’ai fait un premier recueil 3 mois après mon 1er poème (pour avoir une trace de mon passage) et un autre sur « Mon chemin de mots ».


L'AIR DU TEMPS

La feuille a pris son vol soulevée par son chant,
Arrachée de la vie, se peignant de l’automne.
Sous l’œil de l’horizon, au regard monotone,
S’élance dans l’espace, au doux soleil couchant

Un long repos l’accueille au vieux banc chancelant.
Sur la planche vieillotte, où la pluie s’abandonne,
L’écureuil alanguit, dessous, se pelotonne  
Quand s'installe l'hiver au regard somnolant.

La lune scintillante embellit le décor,
Un halo de lumière en étale son or
Quand la nuit resplendit sous le bleu de la voûte.

Chaque étoile qui luit annonce l’Éternel.
Ce décor irréel ne peut laisser de doute
Au regard désolant d'un instant solennel.

barre-echos-2.png

« FRIPOU » (VIRGINIE) habite elle aussi à Bordeaux. Elle est également fondatrice et administratrice du forum "LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU".

Forum : fripou.forumgratuit.fr/

Je lui cède la parole pour se présenter :

J’ai commencé très jeune à écrire des poèmes sur la tristesse des jours et la nature, des centaines de pages… Quand l'imaginaire fait chanter l'encrier, il invente sans doute une part de poésie. Après des années d'écriture "instinctive", le chant du Sonnet a commencé à résonner à mes oreilles. Grâce aux conseils et encouragements amicaux de poètes de talent, croisés sur les chemins des mots, j'ai acquis la maîtrise qui m'a permis de déjouer les pièges de la césure, de l'hémistiche et de bien d'autres contraintes.

Mes recueils ont été réalisés il y a seulement quelques années « Des vers et des mots » Humeurs poétiques » « On ne vous a pas sonnets «  Roupie de sansonnet « Emotions des mots » Pages de Bretagne » et autres ….J’ai reçu un prix international de poésies en 2011 :  2ème avec accessit !

J’écris sur tous les thèmes, la Bretagne surtout, et bien entendu sur la vie, la nature, les animaux, les sentiments et même avec un peu d’ humour de temps en temps !



                          SUR LE REVERS DE L'ONDE                            

Quand la lune s'endort sur le revers de l'onde
Une voile se fane aux rafales du soir
Tout l'horizon succombe en se drapant de noir
Aux rivages d'un temps à l'ombre vagabonde.

La légende s'invente au ciel d'une seconde
Et son écho répond aux rides du miroir
En rêvant d'un matin tout embrumé d'espoir
Qui saura expliquer pourquoi la terre est ronde.

Une goutte de vague explore son sillage
Comme si elle partait vers une île volage
Racontant le lointain aux rames du marin.

Sur l'océan sans fond se pose le silence
Seul le bruit du ressac reconnait le chemin
Rythmant les pas d'un vent épris de turbulence...

barre-echos-2.png

Je m'appelle MARTEL Lucienne, née le Novembre 21/11/1954 et donc jeune retraitée ! J'habite à Limoux dans l'Aude (Occitanie) mais mon cœur est resté en Provence, étant Arlésienne de naissance. Je suis maman de trois filles formidables dont je suis très fière. Pour vous, mon pseudo sera ; Yallah, le cri d'encouragement de Sœur EMMANUELLE. J'adorais cette grande Dame.

Vous pouvez découvrir la plupart de mes poèmes sur LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU en cliquant sur le lien direct ci-après : 

fripou.forumgratuit.fr/

Pour tout vous dire, j'adore les mots et ils me le rendent bien. Au début, ce fut une autothérapie J'avais énormément besoin de les poser sur mes maux, d'abord en prose et sans dessus dessous puis, la versification m'est venue spontanément. Ceci se passait en 2007 et, au fil du temps et d'un travail acharné, la passion aidant, je suis devenue sonnettiste par prédilection et par amour de l'alexandrin Ce fut éprouvant mais, lorsque je me penche en arrière, je réalise que j'ai fait un progrès énorme. Néanmoins, je titille le maillet, le triolet, la poésie libre... J'ai édité quelques recueils poétiques : "Graines de poésie", "Bouquets de poésie", "Aux vents divers", "Mille vers pour cent sonnets", "Au plaisir des sens" (érotique) ainsi qu' un recueil de nouvelles policières : Je n'ai pas de thème précis, tous les sujets m'intéressent et mon inspiration fait le reste. En ce moment, je m’attelle à un recueil sur les chats qui s'intitulera : Chats d'ici et d'ailleurs et, j'ai déjà le projet d'écrire sur les fées et les anges : "Mes fées et mes anges". Malgré quels aléas et autres drames de la vie, je suis une battante et j'ai beaucoup d'humour Voilà, vous savez tout de moi. 


VOTRE FÉE N'EST PAS LOIN

Elle est là à guetter vos tous premiers frissons,
De l’hiver qui s’en vient, de la neige à vos portes,
À attendre l’appel pour faire en quelques sortes
Que le froid ne vous blesse en ses vents polissons.

Elle vous offrira ses magiques boissons
Réchauffant votre cœur, peut-être en amours mortes
De l’été radieux où elles étaient fortes,
Et qui ont disparu à la fin des moissons.

C’est la fée de saison qui dans votre chaumière
Vous illuminera de sa chaude lumière,
Pour vous réconforter en descendant des cieux.

Et vous serez surpris de ce doux sortilège,
De cette enchanteresse et son sort gracieux
Qui vous aura fait don d’un charmant privilège.

barre-echos-2.png

Je me nomme ALEXANDRA ou ALEX pour faire court.

Née 1947 en Lorraine, j’écris depuis que j’ai 13 ans…pour mon plaisir au début et puis ensuite pour exprimer mes émotions et mes sentiments les plus profonds. Sans culture particulière (à 16 ans j’étais au travail) mais passionnée de littérature, j’ai lu encore et encore…. (Surtout le 19 ème siècle entre autre)...D’ où mon pseudo  ALPHONSE BLAISE. ( "ALPHONSE" pour LAMARTINE)  et "BLAISE" pour PASCAL, le philosophe.

Vous pourrez retrouver une grande partie de mes poèmes sous le pseudo de Alphonse BLAISE, dans le forum "AU TOURBILLON DES MOTS" en cliquant directement sur le lien ci-dessous :

 

J’ai un lien particulier avec la Nature et les animaux sont ma passion...

J'ai souvent la tête dans les étoiles et j’ai un cœur aussi fragile que le cristal, mais gros comme un potiron.

J'aime les anges, les elfes et les fées, ils sont mes amis... et communiquent avec moi.

J'ai oublié de vous dire que je suis une romantique, que j’ai une grande ouverture spirituelle et que je suis médium de naissance.

J’ai composé plusieurs nouvelles : "Un Amour de Lumière", "Au creux de son âme", "Pour l’amour d’un maitre" ainsi que des traités sur la  spiritualité que j’utilisais lors de mon activité de magnétiseur.

J'IRAI DANS LE JARDIN

Un doux matin d’avril, j’irai dans le jardin
Comme au temps d’autrefois, me poser sur le banc.
Sibylle je serai, prédisant le destin,  
Occultant le passé pour le vivre au présent.

Je fermerai mon cœur à la vie alentour,
Ignorant les parfums, les trilles du pinson.
Et filera le temps sur les doigts de l’Amour,
Nos âmes enlacées au rythme d'un frisson.

Avant de m’en aller, dessus le banc de pierre,
Je laisserai pour toi, quelques fleurs de printemps
Que tu emporteras dans ton monde lumière
Au nom du lien sacré d’un éternel serment.

barre-echos-2.png

Je me présente, je m'appelle ERDREK
Je voudrais bien réussir ma vie, être un mec (ajouté pour la rime)
Beau, aimé, gagner de l'argent
Puis surtout être intelligent
Mais pour tout ça il faudrait que je bosse a plein temps

X être un mec : attendez je vérifie :)  Evet !
X beau : Ok, mais c'est très subjectif
X intelligent : je crois, enfin je pense, non! J'en suis sûr  
X Gagner de l'argent : no soucy, i've got enough
X bosser à plein temps : cela veut dire travailler ? Pouff !
X être aimé : de tous ?
c'est être aimé de personne, il vaut mieux s'aimer soi-même
X réussir ma vie : je ne le saurai qu'à la fin...

Je signe mes poèmes "NATHAN" ou "ERDREK". Mon prénom musulman est TANER. Je réside à Istambul Beyoğlu 34000.

j'ai commencé à écrire en 2004. J'ai publié chez "TheBookEdition.com" :

"Les chants de l'âme" (poésies)


Chez "ILV-Edition" :

"Les trapps du Dekkan" (Roman)
"L'arbre à gin"( Nouvelles)
"Cothurnes nocturnes" (poésies)
"Les larmes des rostres" (poésies)
"Je langueye chez les pores" (poésies)
"Le galant écorché" (poésies)

En humeur NATHAN ERDREK se définit comme désespérément drôle. Ce n'est pas moi qui dirai le contraire pour avoir lu une grande quantité de ses poèmes et apprécié autant ses écrits pondérés que ses compositions badines. ERDREK s'avère être un poète talentueux dans tous les registres. Il y publie régulièrement ses oeuvres et je vous invite vivement à découvrir ce talentueux poète à l'imagination débordante. 

Nombre de poèmes d'ERDREK figurent dans le forum poétique :   fripou.forumgratuit.fr/

OCTOPUS

Si l'on donnait le choix de se réincarner,
J'hésiterais encor sur quelle forme prendre,
Végétal, minéral, animal va dépendre
Mais certainement mieux que se faire enterrer.

Végétal j'aimerais être un bougainvillier,
Ainsi couvert de fleurs sur un feuillage tendre,
Profitant du soleil sur les murs pour m'étendre,  
Je grimperais au ciel sans même un espalier.

Minéral, ce galet au lit d'une rivière
Celui qui a fauté me jettera sa pierre,
Tout en faisant sur l'eau, nombre de ricochets.

L'animal qui prendrai-je? Oh pour sûr c'est le poulpe
Plusieurs mains tel Shiva pour se battre la coulpe,
Écrire à tour de bras plein de versiculets.*


*Vieilli, péj. Petit vers.

barre-echos-2.png

Je m'appelle Katia LAMBERT, née à Nancy le 20.12.1983, demeurant dans les Vosges, j'ai toujours aimé écrire et n'ai pas de thème de prédilection. En plus d'écrire, je participe régulièrement aux salons littéraires, et suis également artisan.

Mes derniers livres publiés : « Petit journal intime d'une belle-mère » en 2017 (roman d'humour) ; « Proies et châtiments » en 2018 (recueil de nouvelles) ; « Ballades des 4 saisons » (avec mon mari) et « Ricochets » également avec mon mari (recueil de haïkus pour le premier et de poésie classique pour le second, tous deux illustrés des photos de mon mari. Pour finir « Destins croisés » en 2019 (roman biographique et fantastique)
.

Je suis responsable et Administratice du forum "AU TOURBILLON DES MOTS", lieu de rencontre de tous les passionnés de poésie classique et moderne, mais aussi consacré aux nouvelles, contes, fables, romans, essais et lettres. Il suffit de cliquer sur le lien ci-après pour découvrir mon forum : autourbillondesmots.forumperso.com/portal

Pour la petite histoire, KATIA à commencé à écrire de la poésie dès l'âge de 12 ans. Elle a ensuite arrêté pendant une dizaine d'années avant de reprendre la plume à 24 ans, encore plus motivée que jamais, et après avoir fait trois ans d'études de pshychologie.

Mariée depuis 2017, elle compose dans plusieurs registres : contes pour enfants, poésie, nouvelles sombres, romans et thriller. Le poème si-dessous vous donnera une idée de sa finnesse de plume et de son talent de poétesse.

Elle a reçu plusieurs prix littéraires internationaux depuis 2008, le prix de la "Flamme poétique" par le "Cercle littéraire de Graffigny" de Lunéville en 2008 ; en 2015 "le prix d'honneur" au "concours Mirabelle" de "l'Académie LéonTonnelier" ; en 2016 "le prix d’ honneur" par "Les Amis de Verlaine"; en 2017 "la médaille d’or" au "concours Mirabelle", et "le premier prix" au "concours d’Illfurth"; "2ème accessit" au "concours de Bordeaux" 2018, "Colmar" 2019. En tout, "8 prix d’honneur" + "une médaille d’argent" "Académie Léon Tonnelier" en 2019.
 

MORT D'UNE ROSE

Que les larmes de sang d'un ange à demi-femme
Rougissent le velours d'une rose incarnat
Pour que naisse en son coeur raffiné, délicat
L'essence de l'amour où s'abrite son âme.

Que les larmes de sang apportent la lumière
A la fleur en bouton avant que le soleil
Ne vienne incendier de son rayon vermeil
Son éclat fascinant tout autant qu'éphémère.

Que les larmes de sang glissent sur les pétales
Fraichement entrouverts pour que la majesté
Ose apparaitre enfin aux côtés de l'été
Et enivrer le ciel de fragrances fatales.

Que les larmes de sang sur la terre endeuillée
Coulent encor demain quand le vent brusquement
Aura soufflé l'hiver venu du firmament,
Brisant la coquette à la jeunesse effeuillée.

Que les larmes de sang arrosent sa mémoire
Pour que ses sentiments ne succombent jamais !
Que les amants lisent ici repose en paix
La reine des serments cueillie par une moire.

barre-echos-2.png

Thierry CABOT est né le 30 mars 1958 à Toulouse. Il s’adonne à l’art poétique depuis l’âge de quatorze ans.

Il possède un blog poétique sur lequel vous pourrez découvrir sa poésie qui assemble brillamment les mots, les sons et les rimes.

Clic sur le lien direct ci-après : http://p-o-s-i-e.over-blog.net/

Après l’obtention d’un D.E.S.S. en Sciences de l’Éducation, il a occupé des fonctions de directeur d’association dans le champ social.

Son ouvrage « La Blessure des Mots » est le fruit d’un travail de longue haleine entrepris de 1978 à nos jours, un travail au cours duquel il s’est efforcé de concilier les pouvoirs de l’image et la densité de l’expression, la science du rythme et les ondoiements de la musique.

Dans une veine souvent lyrique, Thierry Cabot a voulu explorer les replis de l’âme humaine, qu’il s’agisse de foi, d’amour, de déréliction, de révolte, de finitude ou de célébration de la vie.

Outre des chroniques et des articles littéraires, il est également l’auteur de poèmes de forme libre et en vers classiques.

Le savoir m’a toujours séduit, au rebours de l’école, aime-t-il rappeler.
« À la grande consternation des enseignants (pour la plupart expérimentés), l’ennui et la rêverie en classe absorbaient au moins une heure sur deux mon jeune et rebelle cerveau. Ce n’est hélas ! qu’à l’université que le plaisir d’apprendre a trouvé un espace favorable à son épanouissement », précise-t-il. « L’écriture ne m’a inspiré aucun regret significatif. En revanche, j’eusse aimé être musicien ».

De la musique, il y en a dans les vers de Thierry CABOT.
 

UN MOMENT D'EXTASE

Je vis soudain parmi les ombres chuchotantes
Je ne sais quoi de clair, de doux et de grisant
Qui, telle une chimère aux ailes éclatantes,
Me promit les saveurs d'un éternel présent.

Alors des frissons neufs agitèrent les plaines ;
La nue écarquilla ses yeux de paradis ;
Les zéphyrs exhalant leurs pures cantilènes
Firent chanter au loin mille mots jamais dits...

Et les blanches saisons pétillèrent de joie ;
Des pétales de feu rêvèrent sur les eaux ;
Dans le ciel vaporeux comme une longue soie,
Un nuage s'émut de l'entrain des oiseaux.

Puis du haut des sentiers où tremblent les collines,
Quelque majestueux sourire d'un beau jour,
A tout : haleines, voix et mousses cristallines,
Mêla son éclat tendre et son magique amour.

barre-echos-2.png

Daniel LAJEUNESSE ( pseudo Daniel78 ), est Membre Sociétaire de la « Société des Poètes Français »

 Il est né le 20 juillet 1949 à Tergnier, dans le département de l'Aisne.

Marié depuis le 3 avril 1971, il réside dans la région parisienne depuis cette date et, plus exactement, dans les Yvelines.

 Daniel LAJEUNESSE a commencé à écrire de la poésie dès l’âge de 14/15 ans. Il a obtenu de nombreux prix en poésie classique et est Membre sociétaire de la « Société des Poètes Français » et lauréat de plusieurs Prix de Poésie en classique et en néoclassique, pour des recueils : Prix Théophile Gautier, Prix Claude Roy, Trophée Alfred de Vigny, Prix Mompezat, Prix Pierre Sebert, Prix Léopold Morrelière, Prix du Conseil Général de Vendée... Il possède un palmarès impressionnant :

- Lauréat Prix du Jury 2019 - Poésie Classique - Sonnet - Académie Internationale de l'Ecole de la Loire - Saint Martin d'Abbat new
- Plume d'argent 2019 - Poésie Classique - sonnet - La Plume Colmarienne - Colmar - Haut-Rhin new

- Lauréat Sarment d'Or 2019 - Poésie Classique - Sonnet - Les 18èmes Jeux Poétiques de Sartrouville ( Yvelines )
- Lauréat Sarment d'Or 2019 - Poésie Classique Régulière - Les 18èmes Jeux Poétiques de Sartrouville ( Yvelines )
- Diplôme d'Honneur 2019 - Concours de Poésie Rocquen'Rime - Rocquencourt - Yvelines

Vous pourrez découvrir la liste complète de ses récompenses aux divers concours floraux français dans son site en cliquant sur le lien ci-dessous :

 http://www.reverie-et-poesie.com/

 

AU CHAMP FLEURI

Au champ j'ai vu fleurir une drôle de guerre
Où tout le sang versé frémissait sous le vent.

Mais pourtant point d'obus, ni de trou dans la terre

Et pas un seul drapeau dans le soleil levant.

Ai-je entendu le cri monter de l'herbe folle ?
Comme une longue plainte... un râle déchirant.

Ce n'était qu'un busard que ma présence affole

Et non pas un appel d'un soldat délirant.

Espérant découvrir quelques signes de vie
Je me suis approché de ce lieu de malheur,

Mais ce fleuve carmin... pour mon âme ravie...

N’était que des pavots… pour mon plus grand bonheur !

barre-echos-2.png

 

 

bouton-retour-1.jpg

Date de dernière mise à jour : 2019-07-21 07:39:43

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site