Les poèmes de mon père 2ème partie

 

marius.jpg

TOUS LES POÈMES DE MON PÈRE ÉCRITS ENTRE 1917 ET 1970, ONT ÉTÉ RECONSTITUÉS DE MÉMOIRE, POUR LA PLUPART, APRÈS LA PERTE DE SON RECUEIL DANS LES BOMBARDEMENTS DE LA GUERRE 1939-1945

barre-andre.png

 

LE CASTELLAN

L'étang se couvrait de roseaux,
De roseaux verts, à sa surface ;
Dans leurs fouillis cachait ses eaux,
Ou les montrait de place en place.

Un chant, assez beau, s'élevait
De la jungle du marécage ;
Je me demandais qui pouvait
Avoir un si gai babillage.

Une frange de peupliers
Jetait, au vent, leur gros murmure,
Comme les concerts familiers
Que l'on entend dans la nature.

Mêlés à leurs bruissements,
M'arrivaient, sur l'aile des vents,
Les chants moqueurs des rousserolles,
Et j'entendais, au fond de moi,
Murmurer je ne sais plus quoi
Qui ressemblait à des paroles.

Le Castellan, morne et railleur,
Semblait mouvoir sa tête brune,
Me convier d'aller ailleurs
Pour oublier mon infortune.

Alors, blessé dans mon orgueil,
Je dis: "Le passé! que m'importe ?
Aujourd'hui, j'en quitte le deuil,
Lui ferme, pour toujours, ma porte."

Ce que, dans son cerveau, l'homme garde en lui-même,
Peut-il, quand il le veut, le chasser à jamais,
Soit que son idéal, ou méprise ou blasphème ?
S'il le fait, un moment, c'est pour avoir la paix.

La paix avec son coeur, avec sa conscience,
Comme on porte un bouquet de fleurs sur un tombeau ;
On s'agenouille, enfin, dans l'ombre et le silence
Où l'on sent un frisson courir sur notre peau.

Notre oeil, déjà trop sec, a contenu ses larmes,
Regarde, autour de lui, le sol lugubre et froid,
Où ces guerriers du temps ont déposé leurs armes
Dont ils ne pouvaient plus en supporter le poids.

Ah! s'il en était un qui voulût me redire,
A l'âge où le cyprès germait sur le clocher
De mon heureux pays, où la vague soupire,
Ce qu'il était jadis, et qu'il veut nous cacher !

Si nous pouvions, au moins, éclaircir le mystère
De la création où s'agitent nos pas !
Nous contemplons le ciel, nous ignorons la terre,
Et nous voulons savoir où nous ne sommes pas.

Un jour viendra...mais toi, mon Castellan superbe,
Droit, dans l'Éternité, tu feras ton chemin ;
Nous nous reposerons sous une touffe d'herbe ;
Disparus, dans la terre, hélas! sans lendemain.

Les siècles et les temps, effaçant toute chose,
Passeront sur nos jours que l'on ne verra plus,
Nous subirons, alors, notre métamorphose,
Au sein des éléments où nous serons reçus.

Là bas, comme jadis, au flanc de la colline,
Descendra le troupeau du pâtre, avant le soir,
Dans les airs langoureux, d'une flûte divine,
Qui l'accompagnera jusques à l'abreuvoir.


Marseille, le 12 juin 1953

© SDGL - Échos Poétiques 2005.


barre-andre.png

ISTRES

Arles, pierres, maison, vestige du passé,
Chemin au bord du lac, sentier dans la montagne,
Promenades du soir dont j’étais harassé ;
Chansons, chansons d’amour que chantait ma compagne,
Serais-je donc par vous aujourd’hui délaissé ?
La ville me retient, quand je veux la campagne.

Istres, je te salue et vers toi je reviens,
Donne-moi le repos, la paix, la solitude,
Je m’envelopperai de la mansuétude
Des lieux que je chéris et auxquels j’appartiens.

La mer de ses flots bleus cisèle la colline
Qu’elle aspire et retient dans son sein bouillonnant ;
Les cieux, émerveillés, dans leur pourpre divine,
Ouvrent un œil distrait sur le monde ignorant.

Eh ! que se passe-t-il sur la terre où nous sommes ?
Il n’est rien de nouveau, ce ne sont que des hommes
Criant leur liberté pour les jours à venir !
Alors que dans les champs, où le blé vert frissonne,
La main du laboureur, chaque jour, prend et donne,
L’humanité s’insurge et veut s’anéantir.


Marseille, le 26 mai 1944

© SDGL - Échos Poétiques 2005.


barre-andre.png

REGRETS

Puissance de l’amour, ô jeunesse éternelle,
Reviens me visiter, me parler encor d’elle.
Sur les marches d’un temple, un soir, elle me dit,
Me jura de m’aimer jusque dans l’autre vie ;
Et ses bras dans mes bras, jamais inassouvie,
La nuit, de son manteau, quelquefois nous couvrit.

Seule, une giroflée, au faite de l’église,
Aspirait dans les airs un peu d’humidité,
Et sa corolle d’or, que tourmentait la bise,
A nos yeux s’effeuillait avec rapidité.

C’était un soir de mai ; ma rapide existence
Prenait ce que m’offraient les larmes de l’amour ;
Jeune, je n’avais pas acquis l’expérience
Que donne le baiser, même dans la souffrance ;
Je riais, je pleurais et chantais tour à tour.

Sachez me pardonner, enfant de ma patrie ;
Mon pays n’a-t-il pas de miracles nouveaux ?
Lorsque sur notre front, quelque vent de folie,
Tourbillonne, s’abat, au feu du ciel s’allie ;
Le remède n’est-il à côté de nos maux ?

Quoi ! si jeune, aurais-tu, déjà de ta paupière,
Essuyé quelque pleur que distillent tes yeux ?
Cette larme d’argent ne serait la première,
Le premier diamant qui brille à la lumière
D’un rayon de soleil venu, pour toi, des cieux !

Il faut avoir aimé pour souffrir sur la terre ;
Nous laissons des regrets éternels après nous :
Suivant les mêmes pas que nous faisons naguère,
Nous venons visiter l’ombre qui nous est chère,
Écouter cette voix dont le timbre est si doux.

J’avais, pâle écolier, contracté l’habitude
De diriger mes pas vers l’herbe des tombeaux ;
Les morts, autour de moi, dans leur mansuétude,
Ne semblaient point avoir d’autre vicissitude
Qu’un immense frisson qui disloquait leurs os.

La mer battait le roc ; le cyprès monotone
Ajoutait à ces bruits son spectre dans la nuit ;
Je courus, j’appelai, mais n’entendis personne,
Sauf les coups répétés d’une horloge qui sonne...
Le jour, à son lever, me trouva dans mon lit.

Vous dirais-je comment ? Je ne le sais moi-même,
Sur l’aile de l’amour un ange m’emporta,
Sa bouche semblait dire, à chaque instant : je t’aime,
Je ne te quitte plus, ébauchons le poème
Que nous venons de vivre, et Dieu seul écrira.


Marseille, le 11 avril 1945.

© SDGL - Échos Poétiques 2005.


barre-andre.png

À AIMEE

Lorsqu’au lever du jour, la vive messagère,
L’alouette a quitté son nid dans la fougère,
Au-dessus des sillons sème ses cris joyeux,
Mon cœur, comme l’oiseau qu’un pur instinct appelle,
Les revient visiter à l’aurore nouvelle,
Leur faire ses saluts et ses touchants adieux.

Bel oiseau, t’en vas-tu pour ne plus revenir ?
Lègues-tu ton plumage au buisson qui se penche ?
A l’épine, l’agneau livre sa laine blanche.
Quel gage à l’amitié laisse le souvenir.


Écrit à Marseille, vers 1923.

© SDGL - Échos Poétiques 2005.


barre-andre.png

À UNE DAME

Vous aviez espéré, de la vie, un miracle ;
Le miracle se fait mais on ne l’attend pas :
La scène se prépare et l’on voit le spectacle
Que nous avions suivi, jusqu’ici, pas à pas.

Mais si votre désir passe votre espérance,
Vous aurez des regrets immortels dans le cœur ;
Avec l’âge l’amour devient une science
Dont on n’a pu sonder encor la profondeur.

Il faut, à ses désirs, donner une limite,
L’âge vient, et le cœur, enfin désabusé,
Se rend compte d’avoir, un jour, battu trop vite,
Si jeune et déjà vieux, par les plaisirs usé !

Brisez votre miroir, peu sage et si fidèle,
Conservez dans vos yeux l’image d’autrefois ;
Sachez, en les fermant, revoir votre modèle,
Et vous lui parlerez avec la même voix.

Tout n’est qu’illusion dans le monde où nous sommes,
Les cheveux blancs viendront et vous feront vieillir.
Vous tenant à l’écart, loin du regard des hommes,
Vous les arracherez sans pouvoir en guérir.


Marseille, le 15 mai 1945.

© SDGL - Échos Poétiques 2005.


barre-andre.png

À ANDRÉE

Non, Andrée, aujourd’hui m’est différent d’hier,
Ne songeons pas aux maux qui suscitent les larmes,
C’est tourner contre soi la pointe de ses armes
Qui nous menacent de leur fer.

L’univers est si grand, et l’âme si légère !
Le désir inconstant, et l’humeur passagère !
Tout passe, tout s’éteint sans pouvoir se fixer :
Il faut, de l’avenir, laisser avancer l’ombre,
Et ne jamais compter le nombre
De nos jours, qu’ici bas, nous voudrions compter.

Enivré de désirs, dégoûté d’espérance,
Naguère n’ai-je pas vu béant devant moi,
De l’avenir, ce gouffre immense
Qu’à présent je contemple et revois sans effroi !

Ainsi, pour contempler la beauté fugitive,
Qui fuit loin des regards comme l’eau de la rive,
J’ai veillé bien des jours au seul bruit des échos,
Et je n’ai vu qu’un léger voile,
Passer et repasser comme une blanche voile
Qui se promène sur les flots,

Puis s’enfuit à jamais au céleste séjour,
Sans dire en s’en allant : « Attendez mon retour ».
Ainsi, vous partirez, fugitive hirondelle,
Loin de ce cœur qui vous appelle,
Et vit de tristesse et d’amour.

Ecrit vers 1917.

© SDGL - Échos Poétiques 2005.


barre-andre.png

LES DEUX MECHES DE CHEVEUX

Vous aviez le secret de mes jeunes années ;
Vous étiez en offrande à l’autel de l’amour,
Et conserviez encor, plus que des fleurs fanées,
Cet immortel parfum dont on veut le retour.
Parfum d’ambre ou de muse né d’une chevelure
Brune ou blonde, qu’importe ? Il est temps d’y penser :
Deux femmes, deux amours, sans plainte ni murmure,
Mutilant leur beauté, que leur fit la nature,
A mon intention venaient de l’offenser.

Quinze ans j’ai conservé cette chère relique
Que nouait un ruban n’ayant plus de couleur ;
Parfum qui revenait comme un air de musique
Qu’on aime à rappeler dans le fond de son cœur.

Vous n’êtes plus, hélas, que fantôme et poussière,
Le néant m’a ravi tout ce que vous étiez :
Confidences, amour, repos, salut prière ;
Non vous n’êtes pas morts et vivez tout entiers ;
De mon ciel azuré vous êtes la lumière
Dont, sur mon front pensif, jadis vous descendiez.

Elles me rattachaient à cette heure d’ivresse
Quand, après le serment de les garder toujours,
Je leur renouvelais cent fois cette promesse,
De placer dans l’écrin, leur brune ou blonde tresse,
Où devait les laisser le dernier de mes jours.
Je vous ai dit adieu, gage de l’espérance.
Qui m’eût dit que ces fronts, que vous aviez ornés,
Abandonnés des soins prêtés par la science ;
De notre vie ayant la dure expérience,
Le regard dans le ciel, vers Dieu seraient tournés !


Ecrit à Marseille, le 1èr janvier 1946.

© SDGL - Échos Poétiques 2005.


barre-andre.png

 

bouton-retour-1.jpg
 

Date de dernière mise à jour : 2017-11-05 17:21:52

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×