Compilation des citations

 

 

MES APHORISMES & CITATIONS 

 

En poésie, les pieds se comptent sur les doigts de la main, mais il convient de maîtriser la langue sur le bout des doigts, aussi. (08/07/2005)

C'était un paroissien d'enfer : "hâté" d'aller au Paradis !


Quand le mensonge est faux et la vérité sincère, il devient difficile de mentir pour arriver à se faire croire.

Et comme on dit "jamais deux sans trois", je n'y vais jamais par "quatre chemins".

Je domine assez bien l'art de l'extrapolation : une part de psychologie appliquée et beaucoup d'intuition.

Être haï par un concurrent est pour moi synonyme d'un grand honneur. Si un jour il me trouve sympathique, je n'aurai plus qu'à me mépriser moi-même.

Quand on écrit avec le coeur, la pensée éclaire l'écriture.

Si je crois, c'est que je pense, et si je pense, c'est que mon idée croît.

J'apprends chaque jour ; non pas savoir, mais par curiosité.

La seule chose qu'un amnésique n'oublie pas, c'est qu'il ne se souvient de rien.

Un meurtrier qui se trompe de victime doit être innocenté du crime qu'il n'a pas commis.

La Nature n'a de beau que ce qu'elle n'a de meilleur. Elle nous montre, hélas, parfois, ce qu'elle a de pire.

Rien ne sert de mourir, il faut partir à point.

Le rire sucre les larmes, le poids épice le cholestérol.

J'ai un sommeil tellement léger que lorsque mes paupières deviennent lourdes je parviens à dormir que d'un oeil.

J'ai le sommeil tellement léger que je ne me rends même pas compte que je dors.

Et quand nous nous quittâmes, le manchot me dit "à demain".

Et délivré enfin des morsures du peigne le chauve ébahi admira son crâne à poil.

Considérer une vieille femme c'est honorer son esprit, sachant que rien ne fleurit plus quand les rides du corps rejoignent les rides de l'âme.

Il avait tellement l'habitude du calembour que lorsque Allais écrivait quelques vers satiriques ses amis ne pouvaient s'empêcher de dire qu'il jouait ...l'Êpître.

Je n'ai jamais dit : "Fontaine je ne boirais jamais de "tonneau"; surtout si ce "tonneau" est rempli de Bordeaux !

La camorra est une "pieuvre" qui peut compter sur de nombreux "sous-pions"*.
*(Les soupions sont de petits calamars.)

Dernièrement un ami m'a trahi; je suis profondément déçu moi qui accordait toute ma confiance en son honnête perfidie.

La foule croit, et l'homme cru s'y fie.

J'écris toujours mes rimes au delà de quatre verres.

Comment fait un aveugle pour lire en poésie.
Envers... toute logique!

Au langage des signes sourd un plaisir muet.

Qui n'a jamais péché pour dire "où nos âmes sont?"

Laissons dans notre enfer quotidien une parenthèse de Paradis, et notre pandémonium deviendra un enfer plus tolérable.

Quand on écrit avec le coeur la pensée éclaire l'écriture.

Oui, je suis un tricheur, mais comme je l'avoue, je mens avec sincérité.

Où avez-vous pêché ce drôle d'oiseau? J'ai louché sur ses graines et il m'a apprivoisé!.

Le commencement du gâtisme c'est mélanger les mots dans les répétitions. Le seul avantage, c'est qu'à force de les répéter on mémorise le gâtisme. Devoir de mémoire oblige !

Qu'il est bon de maigrir sans perdre son poids.

En fait rien n'est égal mais tout est comparable.

Je n'ai qu'une vie, et vue que c'est la seule que je possède, je la tiens en très haute estime.

Si mon passé est imparfait mon présent est singulièrement pluriel : de bonne augure pour le futur.

Il faut vivre avec ses défauts pour mieux exploiter ses qualités, puisque c'est dans la carence qu'on soigne l'imperfection.

Je me trouve singulièrement pluriel!

Finir n'est pas "terminer", c'est entretenir l'espoir de donner une suite...sinon finir serait inachevé.

Bien des qualités naissent en les défauts que la sagesse corrige.

Quand une femme se tait : quel cri de joie!

L'éducation est le bon grain. A ceux qui l'on semée on y récolte une bonne culture.

Défauts et qualités se mêlent. Comment séparer un fragment de l'un sans désagréger l'autre?

Il plaça toujours plus haut devant lui le destin. L'ennui : l'échelle n'était pas assez haute.

Ce n'est plus ce qu'il n'y paraît, mais c'est ce qui reste encore.

A la chaleur des mots fraîcheur du calembour.

Je ne dois surtout pas laisser flétrir ma joie comme fane la rose au caprice du temps.

La poésie est une grande Dame, riche d'une monnaie qui n'a plus guère cours.

Rien n'est plus vénérable qu'un mari irréprochable; rien n'est plus vulnérable qu'une femme approchable.

Les kamikazes sont des gens qui sautent de joie dans l'explosion de leur colère.

Je fais honneur au soleil : j'en prends un rayon !

Le fleuve des mes idées naît à la source "saine" de mon inspiration.

Mon inspiration est comme un long fleuve tranquille. Je bois beaucoup! Eh oui! je suis au régime : je m'inspire à la fontaine et je bois l'eau.

La poésie est une grande Dame, riche d'une monnaie qui n'a plus guère cours.

Au lumignon du coeur la mèche est l'étincelle.

L'homme n'est qu'un buvard qui pompe l'écriture; comme au papier carbone il n'est l'original. Tout est dit, tout est fait, sauf la réécriture.

Mon coeur est un esprit qui souffre et puis qui "panse".

La culture est de toute lecture; la culture enrichit par nature.

Ö: vers coquins, amis sans oreilles et sans yeux, Voyez venir à vous l'épicurien des lieux !

La plume trace,
Souvent loquace;
Mentor la gomme,
Si trop d'audace,
Souvent renomme.

Si tu me juges, ami, avec si grands égards,
Sache que je perçois en cette déférence
Apportée au crédit de mes discrets regards,
Un puissant stimulant et bien belle assurance.

La passion coûte cher quand on désire en vivre.

L'amour appartient au futur. Soyez impératif: Aimez!

Les larmes sont devenues si rares qu'on ne pleure plus que de joie.

Le jour où la parité des sexes sera entièrement respectée, la femme sera un homme comme les autres.

Qui n'écoute que d'une oreille devient sourd à la réalité.

On ne peut contraindre personne à participer à un projet que l'on envisage, mais afin de garantir les chances d'avoir le plus de demandes possibles il vaut mieux déclarer : "Qui est pour?" plutôt que : "Qui s'y oppose?".

Ah! la vie si on pouvait en sortir vivant, la mort serait pleine de souvenirs.

Grâce à l'intelligence de l'homme et à l'instinct de la femme, la logique de l'un complète les tendances comportementales versatiles de l'autre.

Le caustique est à la grivoiserie ce que le vulgaire est au grossier.

Ce qui concerne chacun regarde tout le monde.

Témoigner de la pitié c'est augmenter la détresse de l'autre. Un peu comme si, soudainement on le regardait à la loupe plutôt qu'avec des lentilles de contact.

Les petites disputes chez un couple sont souvent nécessaires. Elles procurent le "sel" de la vie. Si la vie était trop "sucrée" nous aurions tous du diabète. Attention à ne pas exagérer quand même car, dans l'autre cas, c'est précisément la "tension" qui nous guette !

Il est toujours cuisant d'essuyer un échec, mais il est plus frustrant si l'on a rien tenté.

La mort ne m'effraie pas le vie est mon remède.

Est-il amour loyal quand la crainte nous flatte?

Mon âme est repentie, mon coeur est un apôtre.

Le mal, l'amour, le bien, dans l'ordre ou le désordre...
De l'un, de lui, de l'autre, auquel doit-on démordre ?

La passion coûte cher quand on désire en vivre. Mais le prix à payer est de belle facture; dans son estimation étant la récompense.

Je crois en la capacité de l'homme et en son incapacité d'agir.

Un point d'exclamation peut parfois mettre un point final à un point d'interrogation.

L'amour est papillon qui se brûle les ailes au lumignon du coeur. Renaît d'une étincelle !

On s'améliore avec le temps, puisque dans la vieillesse de la mémoire s'ajoutant à la dégradation physique, on ne peut qu'avoir la sagesse de la triste constatation.

Dans les allégories s'épanchent bien des confessions de l'âme. C'est le bienfait par l'image contre les maux de l'esprit.

Choisir c'est réfléchir; mais plus on réfléchit moins le choix nous impose.

J'évince tous les mots dont les maux me rapprochent.

La subtilité se moque du gag, la blague se moque de la morale, c'est-à-dire que la moralité de la plaisanterie n'a pour morale en la drôlerie que la légèreté pour distraire, puisque la morale du rire est sans règles quand il n'y a de méchanceté.

La sincérité est, en principe, cet élan du coeur qui est censé être une vertu, mais dont on doit se méfier, tant sa dissimulation perfide peut charmer la confiance des autres.

Le sincérité est une notion de l'existence, mais l'existence nous a enseigné qu'il n'existe de coeur sincère qu'en l'innocence de l'esprit.

Prêter un sentiment est-il toujours sincère,
Dans l'attrait capiteux favorable au moment,
Et le coeur répond-il plus vite en la matière,
Que l'esprit ne raisonne, et plus mesurément ?

La sincérité est un sentiment équivoque travesti, bien souvent, de demi vérités.

Sincère est notre esprit, quand au coeur il s'insère ;
Mais quand bien un fossé peut fausser sa valeur,
Par la nécessité qui le rend nécessaire,
L'allusion à ce mot : illusion de flatteur.

Le privilège de la passion résulte en la bienfaisante opportunité de nous convaincre à en choisir une autre, tant les désirs changent et fuient les habitudes.

En écriture, on ne peut opposer la finesse de l'imagination à la puissance de l'intuition. Pour les conjuguer, le rêve doit exposer l'idée pour que la préfiguration et les apparences prennent corps dans la formulation.

Il ne peut y avoir désert du raisonnement et illumination spontanée par l'image; l'image est toujours formulation de la pensée.

La solidarité c'est l'intelligence du coeur.

Le souvenir est le patrimoine de la mémoire.

Qui connaît ses faiblesses est au courant de sa force.

La poésie est l'or dans un esprit d'orfèvre,
Et les mots sont sertis dans un écrin d'amour,
Afin que leur parure aux passions d'une lèvre,
Nous délivre ces vers sculptés jour après jour.

Je sustente mon sang, mon esprit et ma chair
Au vertige des mots enrichis de lumière,
Colorés d'expressions dans ce langage cher,
Imbu de poésie, et dont ma plume est fière.

La poésie se nourrit aux sources de la prose, et elle s'embellit au concerto des mots.

La poésie est l'architecture des mots,
Le miroir où chatoie l'âme de belles rimes,
Quand la Muse, inspirée, murmure à demi-mots,
Le chant d'amour des vers en les rendant sublimes.

La poésie est la magie des mots, la prosodie est l'alchimie du verbe.

La poésie est la source de l'âme qui donne conscience à la beauté, et générosité en l'amour.

Goûter à la poésie c'est en boire l'onde pure et légère, rafraîchissante de bonheur. Ainsi coulera dans nos veines une source de passion.

La poésie est, en quelque sorte, la musicalité de notre langue. Symbole de la paix et de l'amour, mais aussi de la tristesse et des regrets; elle demeure un oeil ouvert en permanence vers la douleur ou la douceur de vivre, mais ne cesse de nous faire rêver.

L'homme, dans un désir avide de connaître,
Nourrit aux passions ambition de l'âme;
Mêler au fondement les excès pouvant naître,
Peut en briser l'ardeur pour laquelle il s'enflamme.

La poésie est un état de l'être, tandis que la prose est un état d'esprit.

Le luxe de l'homme est en sa liberté d'expression; bien que ce luxe ne soit, souvent, l'apparat et l'excès dans l'orgueil du langage.

On peut avoir plein de poésie dans la tête, mais la main assez gauche pour l'écrire de façon plus adroite.

Les idées sont des mots, ces émaux de l'esprit, en dehors de nos maux, souvent à idées fixes.

L'habit de fait pas le moine, moi ne suis révérant qu'à l'habit des beaux mots. La Magie est la poésie du geste, et la Poésie est la Magie des mots.

Il faut remuer la vase pour en retirer le ver.

Passion quand tu nous tiens, notre raison vacille,
Peut-on toujours jurer dans l'objectivité ?
Nos sens sont émoussés, et notre esprit frétille
Si, démesurément, le doute est invité.

La raison, philosophie de l'âme, nourrit une ardeur qui peut s'opposer à la passion, si les causes de cette passion, qui se cultivent souvent dans la solitude, ont un appétit plus grand, voire illégitime, pour dépasser l'entendement de nos habitudes cartésiennes.

Une part de vérité épure un monde de mensonges.

Qu attendons nous de la vie ?
Qu'espérons nous de son visage ?
Sinon ce à quoi le poète s'adresse, c'est-à-dire une petite partie que le monde a en lui de meilleur: l'enfance!

Les poètes sont représentatifs de cette époque et de ce laps de temps qui se mélangent pour mieux tromper nos illusions. Ils parviennent à nous faire croire par la magnificence, ou l'innocence de leurs vers, que la beauté et l'amour des choses sont plus réels que le palpable qui n'est qu'un pervers miroir reflétant nos illusions.

L'espoir, la foi, sont des gains véritables; même s'ils ne guérissent toujours, s'y raccrocher devient le médicament indispensable dans l'épreuve. Ils permettent de contenir, quelque peu, la détresse et, surtout, de croire en l'avenir.

La conscience, un jour, nous rappellera à l'ordre et nous fera comprendre qu'en dehors des algarades, souvent dérisoires, mais où aucun n'ose faire le premier pas dans la compréhension de peur de blesser son amour-propre, la vérité c'est tout simplement la Vie, le Coeur et l'Amour dans la réconciliation. Tout le reste est futile.

- Au caprice des mots "gai savoir" est doctrine ;
- Parole est poésie, puis paradis du coeur ;
- Cachons dans la pudeur tout élan qui lamine
- Le concept de "l'éclat" au plaisir du lecteur.

Le conflit est parfois inévitable quand il devient une fonction d'exutoire. Les échanges et la tolérance, dans notre société, perdent les clefs de la probité, favorisés par un individualisme pénétrant, et seule une pugnacité morale à toute épreuve peut parvenir à filtrer toutes ces gênes qui polluent l'atmosphère de notre coeur.

L'écriture est un art: il lui faut un poète.

L'espoir, c'est le temps de le conjecturer et de le revendiquer. Si on accepte de partager cet intervalle de conviction et de foi qui sera ce que nous en forgerons, alors un regard, une pensée, un silence et l'amour nous redonnerons confiance en l'avenir. Rattachons-nous à la Providence; elle nous soutient, nous protège, pour nous conduire à des jours meilleurs dans la conviction de nos attentes pour qu'enfin la lumière en chasse la nuit.

Si le jour nous nuit, la nuit nous a un jour !

- Donnons de simples mots un sens à chaque chose,
- Et ne nous perdons point dans le raisonnement,
- Car à trop raisonner ce calcul nous expose
- A étaler le fiel au lieu du compliment.

L'homme ne peut panser ses plaies qu'à pensée qui lui plait.

L'inspiration est un guide, seule la maîtrise gouverne.

Des pieds si parfaits sont l'oeuvre de Samain !

Beaumarchais avait de l'esprit; quant à vous c'est plutôt de l'humour à bon marché.

L'érudition est comme une plante d'appartement. Elle s'épanouit si elle est cultivée.

La pensée étant ce qu'il y a de plus honorable et de plus fondamental dans l'homme, il est normal que chacun d'entre nous y associe, à un certain moment, un morceau de souffrance puisqu'il nous faut, en quelque sorte, essayer de ressentir des épreuves et des larmes de tout genre, de toute grandeur, et chez toute personne, pour mesurer ce que nous ressentirions nous-même si, un jour de malheur aussi devait nous atteindre. Ainsi, dans la compréhension des autres, notre coeur ne restera jamais indifférent devant l'angoisse vécue par tous ceux qui nous en seront reconnaissants, à un moment précis, quelles qu'aient été les circonstances de leur souffrance.

L’humour, j’en fais mon habit du dimanche chaque jour.

Moi ! rester sérieux, laissez-moi rire !

Vous êtes d’une intelligence « rare », monsieur ; au moins, chez vous, il n’y a aucun risque de fuite de cerveaux.

C’est tellement bien imité qu’on dirait que c’est du faux !

Un excès de religion n'engendre jamais une crise de foi.

L'imagination et le recueillement sont les idées esthétiques d’une âme contemplative.

Au début du commencement, il n'y avait pas grand chose, arrivé à la fin l'épilogue vint en conclusion.

Quand le coeur est gelé, c'est le cerveau qui s'enrhume.

Un excès modéré est préférable à la pratique excessive d'un abus de modération.

 Le silence est la réflexion de la parole.

 L'apparence n'est que le reflet de soi ; le véritable aspect ne s'obtient que par la vision des autres.

 C'est une cartomancienne ; à l'observer son attitude est très voyante.

Si la religion divise les hommes, seule la foi est capable de les réunir.

Ne pleure pas sur ce qui se termine, mais réjouis-toi en pensant à ce qui a été.

Si les pires maux découlent des meilleures intentions, c'est la gloire de l'échec.

Quand on pense que certains planchent sur l'intelligence artificielle, alors qu'il y a tant de cons qui ne maîtriseront jamais l'intelligence naturelle, on peut se demander jusqu'où ira la technologie.

Hier, je
suis allé voir un film en 3D ; il était d'une telle platitude que même avec les lunettes il manquait de relief.

Mesurer l'étendue de son ignorance est la seule aptitude pour développer l'envie de la connaissance.
 

Je préfère encore parler à un mur car vous, vous ne cassez pas des briques.
 
La folie fait le lit du génie.
 

J’ai beaucoup écris d’histoires sans parole.

 La jeunesse est un art dont la vieillesse revendique l’origine.

Dans la vieillesse, on rencontre quelques raideurs ; on en perd d’autres, malheureusement.

Mesurer l’étendue de son ignorance est la seule aptitude pour développer l’envie de la connaissance.

Ronfler, c’est sonoriser son sommeil.

L'âge d'or du genre humain se trouve souvent dans sa dentition. 
 

Ce soir, il n'y avait personne : quelle reposante compagnie !
 

Être Énarque prouve au moins une chose, c'est que les études sont allées au-delà de l'intelligence.

 Dans le couvent : - "J'adore votre soupe de poisson, mon père", dit la jeune nonne.
" - Je le sais, ça se voit à votre bouille, abbesse".

 Quand un idiot se voit tel qu'il est, il n'en est plus tout à fait un; il a acquit plus de maturité dans sa connerie. Parvenu à ce stade supérieur, il ressent toute la fierté de son propre personnage.

Si parfois j'ai l'air absent, ne vous inquiétez pas, c'est tout simplement que je me cherche.

Hier, la richesse et la diversité de la culture étaient le prêt à porter de l'intelligence ; aujourd'hui, avec l'uniformatisation des consciences ont crée le "prêt à penser".

Le doute est le premier pas vers la connaissance car l’expérience est une victoire sur la compréhension.

Ça a toujours été difficile pour moi de jouer sans tricher ; mais qu'aurais-je eu à gagner honnêtement sinon que la poisse de perdre plus souvent.
 

Quand on tient quelqu’un à l’œil, c’est  qu’il a quelque chose de louche.

C’est parce qu’ils sont de « droite » ou de « gauche » que les hommes politiques n’ont plus aucun « centre » d’intérêt.

 Partir du principe que le temps n'a pas d'âge et le meilleur moyen pour lui donner de l'avenir.

Le plaisir d'un "défi" grandit dans la contrainte, mais la véritable inspiration s'épanouit dans la liberté.

La connerie est la philosophie du désespoir quand les choses sérieuses ne font plus rire.
 

Depuis quelques temps je me suis mis aux échecs ; mais les résultats sont plutôt mats.

L'autre jour j'ai rencontré un con que je n'avais plus vu depuis un certain temps. Il était tellement heureux de me revoir que je n'ai pas osé lui dire qu'il n'avait pas changé.

 L'humour est aussi une gourmandise qui nous aide à bien digérer les mots.

Écrire c'est vivre intensément. Être philosophe c'est imaginer de vivre.

Souvent les trous du cul se prennent pour les nombrils du monde

Rien de plus simple que de vieillir jeune. Quand on vous demande votre âge, donnez-le sans regret. Vous en aurez le poids en moins.

J'ai l'âge de mes artères ; et comme les artères sont de grands boulevards, j'ai une formidable avenue qui se déroule devant moi.

Hier, j'ai donné à boire de l'eau gazeuse à mon chat. Depuis, mon "minet râle".

Riche de ma misère ma fortune n'en a que plus de prix.

Il n'est plus ce qu'il n'y paraît, mais c'est tout ce qui lui reste encore.

J'ai eu la chance de rencontrer un cocu : sa femme n'était pas jalouse, et elle m'a conservé une amitié durable.

Qu'est-ce que de la belle poésie ? C'est celle qui prend pour modèle la réalité et qui ne perd pas de valeur lorsqu'on l'imite.

Si parfois dans certaines discussions on se sent un peu con, il suffit de regarder son interlocuteur, et tout de suite ça va mieux.

Nos plus beaux sentiments sont ceux qui naissent spontanément de la fibre du sensible et de la probité.

Les cons ont besoin de reconnaissance ; il suffit d'un peu les flatter pour exacerber leur expressivité génétiqueC'est une grande folie que de vivre dans la connerie et de mourir dans cette reconnaissance.

Pour cause de canicule les travaux pénibles sont gelés.

C'est quand il fait 35 degrés à l'ombre qu'on se rend compte que ceux qui sortent ont du sang-froid.

La canicule à déjà fait plus de 200 morts, qu'en pensez-vous ?
- Ça refroidit !

Quand le petit Jojo vit pour la première fois de sa vie au zoo une girafe, il n'en crut pas ses yeux. "C'est un coup monté", dit-il.

L'innovation s'oppose à la banalisation et à l'automatisation. Elle requiert la volonté de considérer le changement comme une opportunité, puisqu’on ne devient naturel qu’à force d’expérience.

Le premier objectif de tout parcours littéraire est de se procurer du plaisir, sans égard à son inspiration ou à son habileté. Ce doit être d’abord un état d'émerveillement et de sérénité. L’expérience, ensuite, est le meilleur enseignement, car elle est une observation permanente provoquée dans le but de faire naître une idée.

Pour bien vieillir, la jeunesse de l'esprit doit savoir résister aux rides de l'âme.

Pour bien vieillir il n'y a pas d'autre moyen que vivre le plus longtemps possible ; vous ne mourrez ainsi pas d'un seul coup.

Bien vieillir c'est déjà rajeunir la décrépitude ; les décombres seront moins lourds à porter.

Si vieillir c'est mûrir, prenez garde à la moisissure.

Si l'amour est aveugle, peut-on dire que les borgnes ont de la chance ?

Si l'amour est aveugle, les borgnes le voient-ils d'un bon œil ?

Si je vous apostrophe, c’est que j’ouvre une parenthèse sur quelques points d’interrogation.

Toute modestie mise à part, je suis fier de mon humilité.

J'ai toujours eu de grands espoirs, et je le ai conservés... c'est la seule chose qui ne coûte rien.

En politique, le mensonge est un bon placement, il ne rapporte jamais à ceux qui y croient mais il enrichit ceux qui le pensent.

Feindre l'honnêteté est la marque d'une imperfection indirecte où ne reste crédible que la fidélité au mensonge.

C'est un homme heureux mon charcutier. Dans son magasin il pousse souvent de la voix et on sent bien qu'il chante avec ses tripes.

J'ai connu un gus qui s'est fait mettre toutes les dents en or. Prudent, il s'est fait poser aussi une alarme.

Tout poème doit être un tableau qui naît dans l'impressionnisme des mots et trouve sa distinction grâce la fulgurance de l'image.

La connerie bute et obéit à la loi du nombre ; l’intelligence en fait le tri.

Les souvenirs sont le "patrimoine" de notre mémoire ; ils conservent la jeunesse de notre cœur, car ne plus se souvenir, ce serait vieillir avant l'heure.

J'ai toujours eu de grands espoirs, et je le ai conservés... c'est la seule chose qui ne coûte rien.

Il n'est pas nécessaire de sortir de "Science-pot" pour trouver "matière" à des discours moins emmerdants.

Un imbécile  ne peut pas se définir mais on peut toujours l'aider en le citant en exemple.

Devant l'imprimante il s’amusait à photocopier des femmes nues. Son patron l’a viré car ça donnait une mauvaise impression.

Les espérances du lendemain doivent être considérées comme la plus belle fête des hommes sur cette terre, car les plus nobles évènements sont ceux qui ont lieu à l’intérieur de nous, dans la foi, le partage et l'humanité.

Je pense, donc je suis ; et je suis j'y reste.

Dans cette école de danse que de monde aux heures de "pointe".


J'ai décidé de cultiver du cannabis. Pour rester dans la légalité j'ai ouvert une boutique d'herboriste. La santé par les plantes, c'est important.

Son humilité l'obligeait à une certaine modestie dans son orgueil.

La difficulté des lourdes tâches se mesure à la lenteur des accomplissements ; les accomplissements s’évaluent à la rapidité de vaincre ces difficultés. 

À un poil près, je l'ai raté d'un cheveu.     

Il n'y a que les hypocondriaques qui se sentent malades de leur santé.

Beaucoup de gens meurent de maladie pour que les médecins en vivent.

L'importance que l'on se donne n'est que le miroir de ce que l'on se croit.

À première vue, il paraissait un peu con sur les bords ; à seconde vue la superficie s'avère nettement plus grande.

Pour le poète, le papier est l'arène où la rime est la reine.

Je connais un ami qui est tellement pressé qu'il lui arrive d'avancer les aiguilles de sa montre pour ne pas arriver en retard.

Chez lui, c'est comme pour les ordinateurs, chaque nouvelle connerie prend son temps de chargement.

L'argent ça coûte cher, et en capital j'en ai assez sur les tempes pour en connaître le prix...

J'aime bien me contrarier : je dérange pudiquement mes certitudes sans heurter mes convictions.

Je ne me suis jamais perdu de vue ; je m'observe en permanence progressant d'autant mieux que je peux m'autoriser à régresser.

Parfois je ris tout seul pour me surprendre de mon hilarité naturelle ; jamais je me sens autant sérieux devant ma bonne humeur.

Il se disent Immortels, nos Académiciens. Comment ne peuvent-ils voir leur corps vieillir ? Sans doute que pour ne pas avoir à endurer l'affaiblissement physique qui accompagne l'âge, la flaccidité de leur cerveau les rend insensibles à l'usure du temps.

Je m'apprécie à ma juste valeur pour qu'on ne me déprécie pas à la valeur des autres.

Il faut user de tout sans abus de restreindre.

Les mots ne sont que l'outil que la pensée cisèle.

Depuis que je suis devenu modeste je suis parfait. Ce n'est pas de l'orgueil, mais c'est le genre d'estime qui me déplait le moins.

Si je m'écoutais, qu'est-ce que je n'entendrais pas ? Aussi, je fais souvent la sourde oreille. Ça me permet d'en prendre note, sans avoir l'embarras d'y répondre.

Peut-on considérer comme un péché de gourmandise un paroissien qui ayant mangé une religieuse lâche ensuite un pet de nonne ?

Je ne me suis jamais autant avancé qu'en prenant du retard ; car avec ce recul nécessaire j'ai toujours devant moi une marge de progression.

La poésie est une plume qui peint et la peinture est une poésie qui photographie et expose.

C'est dans la folie pure de la raison même que la passion l'emporte sur le délire et sur l'extravagance.

Avant, la Légion d'honneur était décernée pour un fait militaire ou remise à titre posthume à un héros mort par balle au combat. Aujourd'hui, elle est remise à n'importe quel trou de balle qui n'a souvent jamais connu de l'honneur dans sa vie.

L'existence d'une exception accentue très souvent la nature propre à chaque théorie.

La folie est une incapacité permanente ; le génie est la permanence de nos folles capacités.

La folie est le génie qui a mal tourné ; le génie est ce brin de délire intelligent qui donne à la raison une folie contrôlée.

On dit que les banquiers prennent soin de nos capitaux. Comme ils se sucrent largement au passage ne serait-il pas préférable de dire qu'ils entretiennent leurs péchés capitaux ?

Il était tellement con que son humilité naturelle le poussait à en réduire l'importance.

 

L'idée ne se transforme que par expérience dont le temps nous éclaire dans son long apprentissage.

Pour le sage, la difficulté est l'occasion d'un développement d'aptitude en osant ; pour certains, c'est seulement accepter le rêve des autres.

La facilité d'écrire commence quand la difficulté ne souffre plus d'exigence et de doute.

Quand il riait, il ne lui manquait que le sourire de l’intelligence. C’est ce qu’on appelle l’esprit moqueur sans posséder celui de l’esprit critique.

Le bonheur dans la vie est de gagner l’estime d’autrui et de la répandre dans la considération réciproque.

Être con ça s’apprend car c’est malgré tout le signe d’une certaine tournure d’esprit.  

Il était violemment tombé sur la tête ; à défaut de fracture du crâne il n’eut jamais véritablement d’ouverture d’esprit.  

De nos jours, beaucoup d’hommes corrompus sont atteints d’une hernie fiscale. A l’abattement moral, le remède s’appelle l’abattement fiscal. Par solidarité, ils sont nombreux à participer au pot commun dans la recherche immunitaire. 

 Le souvenir est le patrimoine de la mémoire, et la mémoire c'est la photographie de la pensée dont le cœur se souvient.

La mémoire est une acquisition de la vie qui emmagasine les souvenirs pour que le présent nous aide à imaginer l'avenir.

La mémoire est l'instinct qui entretient nos souvenirs, et qui enregistre le présent pour que notre futur y ajoute le récit de l'expérience de la vie contre l'oubli.

J'ai les défauts de mes qualités, aussi je ne désire pas les exagérer tant elles me feraient défaut.

Ignorer ses défauts ? Mais c'est incroyable comme ça augmente les qualités quand bien même ces qualités nous feraient défaut.

Je puise en ma vertu la modestie de quelques vices ; il serait irrespectueux de ma part de ne pas les assumer en les fuyant. 

Il était tellement persuadé de sa probité qu’il arrivait à se convaincre dans l’agrément et l’assurance d’une douce imposture.

Il avait une veine de cocu ; loin de s’en désoler, il se résignait toujours à prendre le taureau par les cornes plutôt que le diable par la queue.

Un mensonge démasqué, c'est une vérité qui s'effondre.

Le mensonge bien dit possède au moins cette vérité qu'il enlève le doute à une parfaite mauvaise foi.

Quand la vérité nous égare, nous trouvons dans le mensonge l'aptitude de le justifier autant que le manque de sincérité y trouve presque un acte de bonne foi.

Ah ! si tous nos mensonges étaient des vérités, que la pratique serait facile et la parole une œuvre d'art.

L'inspiration, c'est quand on prend sa plume et qu'à un cheveu près elle est au poil !

Si je triche au jeu, je le fais le plus honnêtement possible et par respect, sachant que mes adversaires m'imaginent d'un haut niveau.

Je ne triche pas au jeu pour tromper mon adversaire mais pour gagner sans crainte de me tromper.

Dans la difficulté, la seule facilité tient plus à résoudre le problème qu’à le poser.

Vivre dans la conscience de la difficulté c’est avoir la scrupuleuse impression de l’aborder sans chercher à la vaincre. Plus on l’évite plus on se satisfait de ce manque ce combativité qui, sans effort, nous fait apprécier le statu quo.

Un bon sens sans logique est une logique sans imagination.

Au risque de me tromper, j'apporte toujours quelque vérité à mes mensonges.

Le hasard est une logique de circonstance car l'imprévu en limite l'inductif par rapport à l'expérience.

Si le vrai est inimitable, pourquoi le faux est souvent plus recherché ?

Je suis tellement pointilleux que je fais exprès de me tromper afin de ne pas tomber dans l'erreur d'une trop grande assurance, et ne pas douter à tort.

La nullité est ce qui permet d'exposer brillamment son insuffisance quand la pensée des autres exprime avec décence votre effective insignifiance.

Nul, c’est zéro ; c’est sans doute pour ça que nous sommes envahis pas un tas de gens qui adorent les chiffres.

À l’impossible nul n’est tenu, mais à la connerie beaucoup s’abonnent.

Dans le doute il ne faut pas désespérer, mais dans la vérité il ne faut pas non plus tout croire.

Nul ne sait ce que le futur nous réserve ; déjà que le présent n’est pas toujours drôle, je me demande comment les gens du passé pouvaient croire en l’avenir.

Le partage des richesses, c’est ce qu’il reste aux pauvres quand les fortunés se sont déjà servis.

Comme nul ne peut donner du temps au temps, j’attends, je ne suis pas pressé.

En secondes noces il avait épousé une veuve ; ce fut un mariage d’occasion.

La perfection c’est quand il n’y a plus rien à ajouter, mais comme il reste toujours quelque chose à trouver, elle sera continuellement à atteindre.

Un grand nombre de peintres avaient un penchant pour l’alcool ; vous en connaissez beaucoup, vous, qui employaient la peinture à l’eau ?

Il était tellement gourmand que même à table il en faisait des festins de paroles.

Loin d'être une vertu, pour certains, la culture est plus un cosmétique dont ils n'ont que le fard.

La culture doit éclairer sur la connaissance , mais combien se croient illuminés par le savoir alors qu'ils ne possèdent que l'ombre d'un grand vide.

Mon corps n’en fait qu’à sa tête, mais lorsque je fais la tête c’est à corps perdu.

 Mon corps n'en fait qu'à sa tête, mais si je me prends la tête, c'est toujours à mon corps défendant.

J’ai un ami qui est tellement ambitieux que sa modestie en arrive a être flattée.

Il y a des hypocrites qui ont une telle franchise du regard qu’on leur accorderait presque la gratitude de leur vice.

Un bon menteur est celui qui vous trompe avec l’expression et l’exagération de la vérité que vous êtes disposé à croire.

Lorsque deux menteurs se rencontrent ils se disent que si la vérité n’a pas de prix où en est le mérite ?

L’avenir nous regarde, le passé nous a vu, le présent nous échappe ; c’est l’horloge du temps, dont seul le carpe diem nous fait relever le défi de l’instant.

 Rien n'inspire plus la vérité qu'un mensonge crédible ; il donne plus de réalisme à l'imagination et renforce la duperie.

 Le poète est un homme en état de perpétuelle ivresse ; après chaque œuvre, il cuve son encre.

Il était tellement saoul que même quand il était sobre il gardait l'esprit devin.

Je me suis inscrit dans un club de lutte anti-alcoolique, mais c'est encore pire ; maintenant, ils me saoulent avec leurs discours.

D'une pudeur délicate, elle n'en raffinait que davantage la discrétion de ses vices.

J’ai connu un amateur qui était tellement professionnel qu’il en a fait une carrière approximative. Toute sa vie il a travaillé à demi-tarif.

Il faisait tellement de choses sans en être totalement sûr, que même sûr de rien il considérait chaque échec comme un élément transitoire au succès de ses déconvenues.

Il allait d’échec en échec mais n’en perdait pas moins son enthousiasme. Au moins un succès de ce côté-là, se disait-il.

Quand je mens et que personne ne m’écoute j’ai presque envie de leur dire mes quatre vérités !

"Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait". Je sais, maintenant, car je profite d’une juvénile vieillesse servie par l’expérience de toutes mes jeunes années.

Si écrire est une vocation pour être satiriste professionnel, il faut de la PRO-vocation.

Il était tellement fier et jaloux qu’il prit le parti de se satisfaire dans l’infidélité. Ce fut la seule compensation qu’il conservât de son amour-propre.

La courtoise considération des autres ne vaut par ce que vous ne possédez pas, et dont depuis longtemps ils ont la jouissance.

 

Il dut faire un gros effort d’intelligence pour se persuader que l’imbécillité réfléchissait... non pas au sens propre du terme, mais comme un miroir lui renvoyant l'image de sa piètre insuffisance.

Il mentait avec tellement de brio qu'on en arrivait presque à croire le contraire de ce qu'il disait.

Même si j'avais été dans mon tort, le fait de me savoir dans mon bon droit m'aurait pressé à l'audace de savoir jusqu'où je pourrais aller trop loin.


En poésie, seuls le cœur et les sentiments doivent inspirer la plume pour que l'émotion devienne une véritable image de l'esprit.

 

En matière de sexe, il se prenait pour un Dieu ; manque de chance pour lui : les femmes qu’il rencontraient étaient athées !
 

Le vice est à la vertu ce que la conscience en prive du charme.
 

Nous devons toujours conserver quelque vice pour que, plus tard, un grain de vertu aiguise notre soif de faiblesse.
 

Mais où serait donc la vertu si le vice n'en combattait l'hypocrisie ?
 

J'ai passé une grande partie de ma vie à ne rien faire, mais j'ai l'impression d'avoir bien bossé car je l'ai fait, croyez-moi, avec application.

Si vous voulez aller de l'avant, prenez du recul.

 

Quand je ne fais rien, je cogite . Encore un moyen pour être toujours occupé.

 

C'est à partir de rien que tout arrive, mais c'est à partir de tout qu'un petit rien suffit.
 

C'est quand on a rien qu'on manque de tout, mais courir après tout, souvent, ne sert à rien.
 

Si tout est en tout et si rien n'est en rien, je me contenterai de tout pour n'avoir rien à attendre.

 

La folie est l'avant-goût de l'intelligence qui se réveille ; il y a tellement de raison dans le défi de nos facultés, que la folie n'est que l'extrapolation qui conduit aux limites de l'expérience et aux portes du génie.

 

La bêtise est le fruit d'une certaine expérience ; aucun diplôme n'est requis, tant elle est à la portée de l'imbécilité naturelle acquise dans la plénitude de ses moyens.
 

La bêtise donne une idée tellement infinie de la connerie humaine, que si des prix étaient décernés, il n'y aurait que des ex-aequo dans les attributions d'excellence.

Aujourd'hui, les températures maximales seront en hausse, tandis que les minimales deviendront maxi-molles.

 

Beaucoup se prennent pour un cheval de course au départ de leur ambition, et ils déboulent comme de vieux canassons en arrivant au but. Quels ânes !

Finalement, je n'avais par tort d'avoir voulu prouver que j'avais raison ; même en gagnant à tort on gagne toutes les raisons de plaire.

 

Si la raison me donne tort, ai-je tort de ne vouloir entendre raison ? En raison de mes doutes, cela ne me cause pas trop de tort.
 

Je me suis toujours hâté avec lenteur de crainte que dans la précipitation trop de rapidité ne me retarde.
 

Je me garderai bien de vous juger, mon insinuation est largement suffisante pour un esprit qui ne l'est pas assez.

Il y a plusieurs façons d'être ; tenez, prenez un con, par exemple, il y ajoutera toujours le paraître.

 

- Monsieur, vous n'êtes qu'une façade ; vu l'état de délabrement vous devriez songer à un rafraîchissement d'urgence.
 

 

Quand j'observe, l'œil me prend par la main et mon cœur y contemple les émotions.

 

Je crois tellement à mes mensonges qu'ils en deviennent un gage permanent de sincérité.

 

Je crois en moi, d'autant plus que rien ne me contredit.

 

Plus je crois en moi, moins je m'expose à me tromper.

 

J'ai atteint l'âge mûr grâce à l'énergie de ma bonne mine, ce qui me vaut le privilège d'une adolescente vieillesse.

 

Jamais mes qualités n'ont été prises en défaut, si ce n'est que par défaut et par coquetterie je les trouve trop modestes.

 

Dans l'indulgence de ma modestie je trouve une indéniable qualité à plaire à mes défauts ; je ne les cache plus, je les flatte.

 

Quand on me dit que je pêche par excès, c'est un de mes rares défauts pour ne pas mettre en avant mes plus nombreuses qualités.
 

Si vous savez prendre honnêtement parti de mes qualités, alors je ferai en sorte de m'accommoder de vos petits défauts.
 

J'enviais février tout en croquant du Mars, et sachant que fin mai je fumerai du "joint".

La vérité s'inspire de la pratique comme le mensonge s'accommode des promesses qu'aucune vérité ne peut convaincre.

Un silence éloquent fait souvent plus de bruit qu'un grand tapage.


Quelle sérénité que ce calme troublant ; le silence en devient étourdissant.

Une révolution sert rarement à ceux qui la font ; elle n'aboutit qu'à un déplacement de servitude.


Que de révolutions aboutissent à des dictatures ; que de dictatures font taire les révolutions.

La poésie est le vêtement du langage et l'habillage des sentiments exacerbés.

 

L'altruisme est la fleur du bonheur et le fruit d'une conscience épanouie.

 

Il était assez précieux et quelque peu efféminé... tout compte fait, il n'était pas mâle du tout.


Il avait tellement d'idées noires qu'il en passait des nuits blanches.
 

Hier en faisant du VTT, j'ai abimé mon vélo ; il est devenu islamiste : il a une roue voilée

Ce jardinier amateur avait toujours peur de se "planter", et ça lui mettait les nerfs à fleur de "pot".

Deux vieillards jeûnent. Curieux, non ?

Mon libraire vient de prendre sa retraite, mais son activité lui manque : il n'arrive pas à tourner la page.

Elles sont tellement proches ces deux villes : Toulon, ça ne date pas d'Hyères.

Il n'était au "courant" de rien, il ne fut jamais une lumière, et il vient de s'éteindre.

Il a tenté de voler quelques articles chez Leclerc mais il s'est fait prendre... ça n'a pas "super-marché".

En campagne, Monsieur le maire de Marseille a rendu visite aux poissonniers de sa ville ; mais on lui a reproché d'être un maire lent.

Cette institutrice vient de prendre l'avion pour la première fois : la maitresse d'école.

Cette péripatéticienne traversait une mauvaise passe. Elle se demandait souvent ce qu’elle ferait si elle se retrouvait à la rue.

Il eut un éclair de génie, et tout le monde lui dit qu'il était du tonnerre !

Pyromane très jeune la justice l'a placé en foyer.

Très porté sur la religion il n'en fréquentait pas moins les salons à thé.

À chaque prise de sang il défaillait ; il n'avait pas de veine !

Si les employés de la SNCF se mettent souvent en grève ce n'est que pour défendre leur train de vie.

J'ai connu un ménage de sourds : ils s'écoutaient trop, et après ils ne s'entendaient plus.

Il n'a pas supporté d'être licencié, il s'est jeté par la fenêtre le jour où on l'a mis à la porte.

Quand deux sourds se disputent sévèrement, difficile pour eux de trouver un terrain d’entente.

Dans l’étang, une petite grenouille se souciait peu du temps, elle croyait qu’il était tôt, en fait il était tard.

Il a frappé sa femme et s’est acharné sur elle avec son téléphone. Au Tribunal, le juge lui a demandé : Vous aviez un mobile ?...

Cette vache était une bonne laitière, aussi, le soir, elle s’endormait d’une seule traite.


On dit que tous les efforts sont payants ; c’est déjà assez compliqué d’y arriver gratuitement, si en plus il faut débourser pour les faire c’est vraiment décourageant !

C’est vrai que je suis bilieux, mais entendre tous ces gens me dire que je suis hypocondriaque, moi, ça me rend malade.

Lors d’une récente consultation, mon médecin m’a dit qu’un verre de vin est bon pour la santé. Je lui ai répondu que le reste de la bouteille était salutaire pour le moral.

Je reconnais à chacun le droit d'être idiot, monsieur, aussi, avec respect, puis-je vous demander si vous ne pensez pas abuser de ce privilège ?

Ne m'en voulez pas si je refuse ce débat d'esprit avec vous car je serais très affecté d'échanger mes idées contre un homme désarmé.

Lui : - "Ne me coupez pas la parole, je vous prie !"
L'autre : - "Vous avez raison, à force d'insister vous allez finir par dire quelque chose d'intelligent."

 

Au PS tous les éléphants du parti font preuve d’un grand zèle, ce sont des zélés fans.

 

Ce poisson prenait trop facilement la mouche : il a fini dans l’assiette.

 

J’ai toujours couru après les études sans jamais les rattraper. Je me demande si je ne suis pas né aussi par simple curiosité pour savoir jusqu’où je pouvais aller.


J'avais des idées tellement bien arrêtées qu'elles en arrivaient à devenir des idées fixes au point que j'étais toujours en retard sur leur utilisation.

De nos jours, avoir une bonne idée est une chose rare, ça devient tellement fréquent !

J’ai toujours conservé le monopole de ma rareté afin de donner du prix à ma personne. Serai-je devenu une perle rare ?

Puisque personne n’est indispensable, j’ai décidé de l’être ; c’est un modeste signe de reconnaissance qu’en tant qu’individu ma personne en vaut bien une autre.

On dit que le silence n’a jamais trahi personne, par contre, il faut faire beaucoup de bruit pour obtenir le silence.

Ses vérités étaient tellement douteuses que ses propres mensonges, à côté, y gagnaient en crédibilité.

J'ai 75 ans, c'est quand même pas mal pour l'âge avancé d'un homme qui n'a jamais reculé devant l'ancienneté de sa jeunesse.

On dit que mentir est le fait des faibles ; pour les forts c’est plus facile : ils le font avec davantage de sincérité.

Ah ! si mes propres mensonges avaient la franchise de quelque vérité, quelle sincérité douteuse laisserait interpréter la crédibilité de mes propos.

Avant, je me faisais des tas d'illusions, mais depuis que j'ai appris la magie ce sont mes idées qui me jouent des tours.

Beaucoup vivent avec leurs illusions ; si seulement ils prenaient quelques cours de magie ils seraient alors capables de faire des miracles.

Avant d'apprendre la prestidigitation j'avais des doutes ; en devenant magicien j'ai fait le tour de moi-même, et là, il n'y a pas de truc !

J'avais un copain, vraiment un brave type, mais il n'arrêtait pas de déconner. Pour le calmer, je lui ai appris quelques trucs de prestidigitation. Hélas, il ne s'est guère amélioré : depuis, il n'a cesse de faire des tours de con.

Aide ton prochain quand il est dans la merde… tu sentiras mieux sa détresse.

Les jeunes cons adorent être flattés ; si vous les entretenez dans cette vue de l'esprit, leur propension à devenir de vénérables cons leur donnera l'impression d'une émérite promotion.

Ah ! si les fins de mois avaient lieu chaque quinzaine, en doublant mon salaire je bouclerais mieux mon budget.

Qu'est ce qu'un choix dans la vie, sinon une hésitation permanente.

La vie nous laisse-t-elle le choix d'en tirer librement parti quand, pour chacun de nous, elle s'inscrit dès la naissance au registre de notre destin.

Faire un choix c'est déjà imposer sa préférence qui réduit d'autant la liberté de choisir.

Seuls les moutardiers jugent et pérorent pour compenser le discernement qui leur fait défaut. En se vantant eux-mêmes, ils s’aveuglent de leur insuffisance.

Écoute avant de juger pour qu’on ne te juge sur une mauvaise écoute.

Si l'esprit est dupe du cœur faisons en sorte que le cœur gouverne la raison et en plaide la cause.

Il y a ceux qui se vantent d'avoir des bagages sans remarquer combien ils sont lourds à porter.

J’apprends pour connaître, sachant que je ne connaîtrai qu’une infime partie de ce que la vie apprend.

Si en apparence on juge d'abord en façade, en équité, il faut éviter de se passionner au charme de l'instant.

Souvent, l'apparence est l'illusion première de la vérité ; mais rien n'est plus trompeur que la notion par laquelle l'illusoire nous abuse dans la duperie de la connaissance.

Toute connaissance n'est pas savoir. Seul le doute est la clé de la véritable compréhension puisqu'il exige et implique une preuve logique à nos plus profonds questionnements.

Quel avenir pour ce présent qui ne copie que les erreurs du passé.

Il était tellement à l'aise dans la connerie que beaucoup croyaient  qu’il avait pris des cours par correspondance.  

Parler un langage cru peut s'avérer cuisant.

Je connais des amis qui viennent d'avoir une sacrée idée : ils ont créé un véritable "bar à chats" dans leur quartier, et ils ont inscrit sur la devanture :

"Bienvenue chez nous dans cet estaminet".

Poètes, si vous avez l'angoisse de la page blanche écoutez mon conseil : achetez des rames de papier couleur. Ce ne sera peut-être pas tout rose mais vous broierez moins de noir.

Mariée à un boxeur, elle vivait à ses crochets. Pour lui, ce n’était qu’un coup à prendre.

Ca me fait marrer quand je vois à table des gens qui mettent les bouchées doubles… Ca ne sert strictement à rien et quel bénéfice peuvent ils en tirer puisque nous n'avons qu'un seul rectum !

Combien de fois ai-je invoqué Dieu… c’est désolant car il se fait tellement prier ! 

Mon docteur a toutes les compétences voulues, mais il n’est pas… patient. 

Cet automne ils étaient en froid ; en hiver, ils se sont pris en grippe. 

Un véritable goinfre, ce type. Il était tellement boulimique qu’il mangeait devant un miroir pour avoir l’impression de mettre les bouchées doubles. 

En plus d’être sourd, il était vachement têtu ce gars ; aussi je lui ai dit de faire comme il entend.

Son carré de haricots avait subi un tel coup de gel, qu’ils flageolaient.

Il paraît qu’en Australie il y a des kangourous qui sont dressés pour porter des livres de poche.

Nous vivons dans une époque de profits et de rentabilité ; c’est toujours la même chose : la prime pour les patrons et la déprime pour les employés.

Pourquoi dit-on une seiche, alors qu’elle vit dans l’eau ? 

Voulant l’aider je lui ai donné un coup de main à pied levé. 

À la SNCF, les cheminots défendent leur "train" de vie comme ils peuvent. Heureusement qu'ils ont le comité d'entreprise et que ces "locaux motivent". Ça les remet sur les rails ! 

Certes, il est sourd, mais ne lui racontez pas n’importe quoi car il ne l’entend pas de cette oreille ! 

Les sœurs Tatin furent célèbres du jour au lendemain quand leur but fut atteint.

Au concours des plus belles poitrines, le choix était difficile… Pour qui "votait-on ?"

En vieillissant l'orgueil à tendance à disparaître car il est remplacé par les rides de la fierté. Mais c'est toujours un vice d'orgueil !

Souvent, la dignité n'est que le paravent qui cache le lit de la fatuité et derrière lequel on tire les couvertures.

Il travaillait comme un pied, il n'avait jamais eu la main heureuse.

C'est toujours de pied ferme qu'il prenait les choses en main.

- Quoi de neuf ?
- J'attends de tomber sur une bonne occasion !

L'éternel problème avec les politiciens, c'est qu'on ne peut jamais faire leur portrait : ils ne sont qu'une caricature !

Je connais un tas de crétins anonymes, mais il y en a un qui est tellement modeste qu'il me suffit simplement de le citer pour qu'il se sente fier.

J'ai été un adolescent précoce, ce qui m'a permis de rester incroyablement jeune en devenant vétéran.

Pour vivre vieux longtemps, restez jeune à tout âge.

Quand la parole vient du cœur c'est toute l'âme qui respire.

La soumission de l'homme est la condition de ce qui le rattache à la liberté.

Il ne manquait pas de souffle, ce qui expliquait que souvent ses paroles soient en l'air.

 

© André Laugier. 2005-2017. Articles déposés à la SGDL.Reproduction interdite sans accord préalable de son Auteur.

 

bouton-retour-1.jpg

 

Date de dernière mise à jour : 2017-11-19 10:31:07

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×